Où accrocher vos œuvres ?

Où accrocher vos œuvres ?

Il est primordial de sélectionner le bon endroit pour bien accrocher

Vidéo

Sens de lecture de l’image

Avant toute chose, il est important de prendre le temps de bien identifier le sens de lecture de l’œuvre que vous vous apprêtez à accrocher. En effet, tout tableau, photographie, dessin, possède un sens par lequel l’œil va entrer. Ce sens est donc déterminé par le cadrage et la façon dont l’œuvre est structurée (rappelez vous nous avons analysé ceci dans la partie 2 de l’analyse d’une œuvre que vous pouvez retrouver en suivant ce lien). Il y a en gros quatre sens de lecture avec deux variantes. Ces quatre sens sont, de droite à gauche, de gauche à droite, de haut en bas et de bas en haut. Je ne parle ici que des sens de lecture qui permettent au regard d’entrer dans l’image et de la parcourir. Les deux variantes sont les diagonales qui partent du bas vers le haut ou du haut vers le bas, d’un bord à l’autre de la photographie (par exemple). Une fois ce sens déterminé, il est donc plus simple de positionner l’œuvre au sein d’une pièce. Il suffit donc de placer à droite (par rapport au point d’entrer dans l’espace de visualisation) les œuvres se lisant de gauche à droite. Nous installerons plutôt à gauche les œuvres se parcourant de droite à gauche. Pour les œuvres se lisant de haut en bas ou de bas à haut, c’est une lecture frontale, il est donc préférable de les mettre dans l’axe d’arriver dans l’espace d’exposition. Dans un couloir, étant donné qu’on le parcours généralement dans les deux sens, j’aurai tendance à privilégier des lectures de haut en bas ou inversement.


L’importance du format de l’œuvre

Tout comme le sens de lecture, le format de l’œuvre est important pour parfaire la mise en place. Il existe quatre formats de base qui sont, le format portrait ou à la française (hauteur plus grande que la largeur). Puis vient le format paysage ou appelé aussi à l’italienne (largeur plus grande que la hauteur). Le format paysage peut s’étendre pour devenir un format panoramique (la largeur est beaucoup plus grande que la hauteur – très étiré). Et pour finir, il y a également le format carré (largeur et hauteur identiques). Globalement il est préférable de placer les formats en rapport aux espaces qu’ils sont censés couvrir. Par exemple, dans un petit espace, il est préférable de positionner des format portrait, qui respireront mieux et seront mieux mis en valeur que des formats paysage (ou pire panoramique) qui donneront alors l’impression d’être enfermé et donc de ne pas pouvoir s’exprimer. Il faut aussi tenir compte du mobilier qui se tient en dessous de l’œuvre. En effet, il est dommage de positionner un cadre qui sera masqué partiellement parce qu’il y a un élément mobilier qui va un peu lui faire de l’ombre. Sur de grands murs, je préconise donc plutôt les formats allongés (paysages et panoramiques), mais il faut cependant veiller à avoir le recul suffisant pour pouvoir bien regarder l’œuvre (en vous inscrivant à la newsletter, vous bénéficierez d’un ebook vous décrivant les erreurs à éviter pour un bel accrochage). Dans les zones étroites, je privilégie plutôt les formats portrait, car il est plus simple de les parcourir simplement avec les yeux.


L’importance du sens de l’œuvre

Chaque œuvre porte un sens. Ce sens peut être différent entre chaque lecteur, cependant, il est important de vous fier à votre ressenti pour déterminer le lieu d’accrochage. Les émotions doivent donc vous guider au moment de déterminer dans quelle pièce l’œuvre devra être installée. Je vous recommande d’ailleurs de réaliser ce travail mental au moment de l’achat, en vous demandant là où l’œuvre sera à sa place dans vos intérieurs. Par exemple, dans un salon, une salle à manger, une cuisine, il est préférable d’y installer des œuvres plus dynamiques quand dans une chambre à coucher ou un boudoir où l’on s’attend plutôt à trouver des œuvres plus douce. Dans un bureau, il est agréable de trouver des œuvres inspirantes, idéales pour amener le cerveau à mieux penser. Il n’y a pas de lieu dont il serait rédhibitoire d’accrocher quoi que ce soit. il est juste nécessaire d’adapter la taille des œuvres à la pièce (plus l’espace est restreint et plus le format doit être petit). Pour la petite histoire, j’ai personnellement installé des cadres dans mes toilettes que j’ai plaisir à regarder lors des passages en ce lieu.


Et lorsque je dois associer plusieurs œuvres ?

Je ne vais pas détailler ces associations, car il existe déjà un article, pour lequel je vous suggère de suivre ce lien.


N’ayez pas d’inquiétude

Pour conclure, je dirais qu’il faut parfois savoir oser. C’est aussi en créant la surprise que la mise en avant est maximale. Il est rare de faire des fautes de gouts, et si toutefois, c’était le cas, il est souvent assez simple de déplacer une œuvre au sein de vos intérieurs pour l’installer à un endroit plus propice à vos yeux. S’il est possible de faire un remplacement, ce sera encore mieux puisque les trous que vous auriez fait dans le mur pour l’accroche pourront alors être réutilisés pour d’autres cadres.

Donc n’ayez pas d’hésitation, tombez sous le charme, achetez et accrochez.

Partager ce contenu

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Curabitur ipsum Phasellus ut amet, elit. lectus mattis id at ut tristique